LE SANCTUAIRE DU MONT-ROYAL : LA NAISSANCE DU CONDOMINIUM À MONTRÉAL

LE SANCTUAIRE DU MONT-ROYAL : LA NAISSANCE DU CONDOMINIUM À MONTRÉAL

21.06.01
Un coup de foudre sur les bords de la Méditerranée, une affaire conclue chez le coiffeur, un sanctuaire d’oiseaux à préserver, une entreprise spécialisée dans le béton, une stratégie marketing bien ficelée... et le condominium devient la star de la scène immobilière à Montréal !

UNE RENCONTRE FORTUITE 

Roger Desmarais, fondateur de NEUF architect(e)s, rencontre le promoteur René Lépine en 1970, à l’occasion de son rendez-vous hebdomadaire chez le coiffeur. Le second évoque ses vacances dans le sud de la France, où il a découvert un bâtiment exceptionnel : la Marina de la Baie des Anges, soit 1 300 appartements de luxe répartis à travers quatre gigantesques voiles de béton. Grandes superficies, lumière abondante, vues à couper le souffle et terrasses en cascade… un concept que le promoteur entend bien implanter à Montréal, la mer troquée contre la montagne. 
Nouvellement propriétaire d’un gigantesque terrain à proximité du Mont-Royal et des quartiers d’Outremont, Westmount, Hampstead et Ville Mont-Royal, René Lépine donne une semaine à trois firmes d’architecture pour lui présenter le plus incroyable des projets. Parmi les bureaux sollicités, Desmarais, Tornay, Pilon et Associés est déclaré lauréat à l’issue des sept jours fatidiques. Commence alors une aventure longue de plus de 10 ans, qui verra la réalisation d’un projet précurseur en matière de typologie et de techniques durables, et la naissance d’une collaboration encore très fructueuse aujourd’hui.


CONDOMINIUM, VOUS AVEZ DIT CONDOMINIUM ?

« Une vue superbe sur les montagnes des Cantons-de-l’Est, trois foyers, quatre salles de bain toute de marbre », un penthouse de 1,45 M$ réservé « à la crème de la crème » : c’est ainsi que le journaliste de La Presse François Berger décrit, non pas le Sanctuaire du Mont-Royal, mais les Jardins de l’archipel, dans un article  de 1983 traitant d’un tout nouveau concept d’habitat : le condominium. Condo… quoi ? Si le terme, qui désigne en Amérique du Nord un appartement en copropriété, est aujourd’hui passé dans le langage courant, il est effectivement inconnu dans le Montréal du début des années 1980.
Malgré un premier accueil mitigé de la profession, le condominium remportera un franc succès auprès des Montréalais. L'une des raisons principales faisant sa popularité est qu’il offre un accès plus abordable à la propriété, dans des zones proches des centres urbains et des transports publics. La typologie contribue ainsi à la densification des villes et à la réduction de la circulation automobile à travers des stratégies de régulation de l’étalement des banlieues et de l’urbanisation des quartiers. Comment le concept fait-il son apparition dans la métropole ? Il semblerait que le projet du Sanctuaire ne soit pas totalement étranger à cette affaire, de là à dire qu’il est celui par qui tout a commencé…

ENTRE MONT ET MERVEILLES 

Le Sanctuaire… ce mot renvoie à un havre de paix, mais aussi au sanctuaire d’oiseaux présents sur le terrain de 100 000 m2 où René Lépine entend développer sa dernière opération immobilière. Après quelques retards liés au souci de préservation du site, un règlement est émis le 30 mars 1981 par de la Ville de Montréal, autorisant la construction de « cinq bâtiments résidentiels de 11 à 15 étages, ainsi qu’un centre communautaire et commercial, conformément aux plans […] préparés par les architectes Desmarais, Tornay, Pilon et associés ». 
La première pelletée de terre est levée en 1981. Les cinq phases du projet sont érigées entre 1983 et 1987, à raison d’une par année. S’y ajouteront très vite deux phases supplémentaires, grâce à l’acquisition inopinée d’un terrain voisin. Le Sanctuaire se présente dès lors comme un complexe de sept pyramides, dont la silhouette caractéristique dessine la ligne d’horizon de la métropole, tout en s’intégrant totalement à son environnement naturel.

DÉMOCRATISER LE LOGEMENT

Le condominium est « une nouvelle formule d’habitation […] un peu comme un appartement, sauf que tu en es propriétaire au lieu d’en être locataire. Il y en a déjà dans les grandes villes comme Paris, New York et c’est le temps que ça arrive à Montréal. » C’est en ces termes que René Lépine explique son projet à Gilles Ouellet en 1983, lorsqu’il le sollicite pour monter la campagne publicitaire du Sanctuaire. Le pari est risqué, s’agissant d’un tout nouveau produit. Lancement d’une revue spécialisée, publicité dans la presse quotidienne, matinées croissants et visites guidées des penthouses : la formule mise au point par le publicitaire portera toutefois ses fruits. 
Près de 40 ans plus tard, le condominium est devenu l’une des formes d’habitation les plus prisées de la métropole, sinon la plus prisée. Faisant du logement un bien de consommation accessible, il marque un changement social majeur dans le Montréal des années 1980, en ouvrant les portes de la propriété à des classes plus modestes. « Celui par qui tout a commencé », Le Sanctuaire du Mont-Royal aura ainsi profité aux experts du milieu comme aux citoyens montréalais. Depuis considéré comme un emblème de la métropole, et comme le couronnement de sa carrière par René Lépine, le projet a fait de NEUF un acteur incontournable du secteur résidentiel, permettant à la firme de plancher aujourd’hui sur plus de 21 000 résidences.

 

Crédit photo: Alex St-Jean

Plus de NEUF50